Politique

EELV : Eva Joly à Grenoble à la Halle Clémenceau

Plus de 2 500 écologistes se sont réunis, jeudi 12 avril, à Grenoble à la Halle Clémenceau pour soutenir Eva Joly, candidate à la présidentielle.

La nouvelle frontière de la république, c’est l’écologie : le droit pour tous d’avoir un environnement sain, c’est-à-dire la liberté, l’égalité et la fraternité dans une planète préservée.

Je me bats donc pour une république écologique : une république ou l’intérêt général compte davantage que les profits privés, une république où les droits des générations futures sont défendus avec vigueur, une république où la responsabilité est érigée en principe moteur de l’action publique. Je veux donc inscrire le droit à un environnement sain et protégé, dans la constitution de notre république. Je défends également, vous le savez une république exemplaire. En le faisant, c’est la France elle-même que je défends. L’impunité des puissants n’est pas seulement une injustice, elle est un défi jeté au visage du pays tout entier, une trahison de notre histoire et de nos valeurs. L’impunité, c’est le retour en arrière, vers un ordre de castes et de privilèges que la révolution française est censée avoir aboli. Au fond, de ce point de vue, le sarkozysme n’a pas été seulement une régression : c’est bien une véritable contre-révolution qui s’est déroulée sous nos yeux pendant cinq années. Notre pays doit retrouver l’esprit des Lumières.

source article : http://evajoly2012.fr

Politique

Eva Joly à Toulouse : Les langues et les cultures régionales ont un avenir

Samedi 31 mars, Eva Joly participera à la marche « Nos langues, nos cultures, nos droits, une loi ! » à Toulouse.

« La crainte des dirigeants français devant les langues et cultures régionales est révélatrice du centralisme excessif de notre pays. Ce tabou, je veux le faire sauter : les langues et les cultures régionales ont un avenir en France !

Le bilinguisme, comme la binationalité, est une richesse pour notre pays. La France doit ratifier la charte européenne des langues régionales. Les régions doivent pouvoir choisir une langue régionale comme co-officielle avec le français, et disposer d’une plus grand autonomie si elles le souhaitent. Voilà à quoi ressemble aussi la VIe République que j’appelle de mes voeux.

C’est ce qu’ont obtenu les peuples gallois, catalans, basques, les Länder allemands et c’est ce qui est en train de devenir la norme en Europe. »

Pendant qu’Eva Joly sera à Toulouse, sa porte-parole, Dominique Voynet, et le sénateur EELV Ronan Dantec la représenteront à la manifestation de Quimper.

source article : http://evajoly2012.fr

Politique

5 points du projet présidentiel d’Eva Joly sur la santé :

– 1 % du budget de la santé sera dédié à la politique de prévention et un Institut national de recherche en santé environnementale sera créé.

– le seuil légal d’exposition aux pollutions électromagnétiques sera réduit et des plans d’actions locaux mis en place pour lutter contre la pollution de l’air.

– la logique de fixation des prix des médicaments et de mise sur le marché repose moins sur l’intérêt thérapeutique que sur l’intérêt économique des laboratoires. C’est par la sortie de la confusion entre l’expertise technique et les intérêts industriels du médicament par la transparence, que la France diminuera sa surconsommation de médicaments et fera baisser les prix.

– pour assurer l’accès aux soins de premiers recours sur l’ensemble du territoire, des “maisons de la santé et de l’autonomie” seront créées, regroupant médecins et professions de soins, et comportant un service d’éducation pour la santé et la santé environnementale.

– a l’inverse d’une politique de santé mentale qui assimile psychiatrie et répression, la prévention non stigmatisante sera développée, comme les alternatives à l’hospitalisation et la politique de secteur. La loi du 5 juillet 2011, qui instaure des soins sans consentement à domicile, sera abrogée.

“C’est en visitant une exploitation viticole, en Alsace que j’ai rencontré Patrick. Il a été exposé il y a quelques années à une forte dose de pesticides. Outre les soucis de santé qui ont suivis, il a déclenché, à 35 ans à peine, un Parkinson. Patrick est un battant : depuis, il est passé en bio et met son savoir-faire au profit des autres agriculteurs. Il m’a définitivement convaincue que la prévention est l’avenir de notre santé” indique Eva Joly.

EconomiePolitique

Réponse d’Eva Joly au Collectif féministe contre le viol, à Osez le Féminisme ! et Mix-Cité

Madame, Monsieur,

Au mois de décembre 2011, vous m’interpelliez dans le cadre de votre campagne « Viol : la honte doit changer de camp ! » sur les mesures pour lutter contre les violences faites aux femmes si j’étais élue à la Présidence de la République.

Nous partageons, je crois, le constat d’échec du gouvernement sortant. Malgréla Grandecause nationale, malgré la loi de 2010, la diminution des subventions allouées aux associations qui accompagnent les femmes victimes de violences souligne cruement le manque de volonté politique pour que cessent les violences sexistes.

Dès 2012, je proposerai au Parlement un projet de loi-cadre contre les violences faites aux femmes afin de suppléer aux insuffisances de la loi de 2010. Cette loi-cadre permettra d’adopter une visée transversale sur ce fléau qui ne révèle que trop dramatiquement l’ampleur des inégalités persistantes entre les femmes et les hommes dans notre pays. Cette loi-cadre, je la souhaite co-construite avec les actrices et les acteurs de terrain. Mais certains éléments fondamentaux peuvent dores et déjà être dévoilés.

Je ne ferai pas l’économie de la prévention. Les campagnes de sensibilisation sont essentielles, nous les élargirons. Mais elles restent insuffisantes pour lutter avec efficacité contre les violences faites aux femmes. C’est pourquoi j’engagerai parallèlement un large plan pour une éducation non-sexiste, à tous les âges. Je développerai également la prise en charge des auteurs de violences par l’ouverture de centres d’accueil spécifiques avec un accompagnement adapté, afin de mettre en place des dispositifs pour enrayer la violence dès que celle-ci est identifiée.

Le deuxième axe de la loi-cadre portera sur l’amélioration de l’accompagnement des femmes victimes de violences.

Comment tolérer dans notre pays que des femmes puissent avoir à payer les soins rendus nécessaires par des violences dont elles ont été victimes ? L’ensemble de ces soins, y compris psychothérapeutiques, sera donc pris en charge à 100% par l’assurance maladie. J’y vois une condition de la justice sociale.

Un meilleur accompagnement des femmes victimes de violences se construit par ailleurs nécessairement par l’augmentation de la dotation publique aux associations qui assument cette mission au quotidien. L’accroissement de cette dotation doit poursuivre au moins deux objectifs : d’une part renforcer la qualité des emplois dans les associations concernées et d’autre part augmenter sensiblement le nombre de logements d’urgence pour les femmes victimes de violence. Les besoins en la matière sont très mal identifiés et il s’agit ici de passer de l’action militante à la mise en œuvre d’une véritable politique publique co-construite. Il s’agit donc :

– d’installer dès 2012 un Observatoire national des violences faites aux femmes, qui permettra de mieux identifier les besoins en termes de nombre de places (hébergement d’urgence et logement temporaire) afin d’y répondre ;

– de débloquer dès 2012 les moyens nécessaires à la mise en place effective de l’ordonnance de protection prévue par la loi de 2010 que nous élargirons au-delà des violences conjugales aux autres formes de violences sexistes.

Les femmes victimes de violences doivent enfin avoir en face d’elles des professionnel-le-s formé-e-s aux spécificités des violences sexistes. Cet impératif sera intégré au plan d’éducation non-sexiste par la rénovation des formations développées dans le cadre de la formation initiale et continue.

Pour finir, je souhaite vous assurer de ma détermination à ce que les affaires de viol cessent d’être « correctionnalisées ».

Meilleures salutations,

Eva Joly

EconomiePolitique

Eva Joly / un budget pour 2012 – un new deal écologique et social

Je suis heureuse de vous présenter ce que nous, les écologistes, présenterions comme projet de loi de finances si nous étions au pouvoir.

J’ai demandé à nos experts et à nos parlementaires, de préparer un véritable contre-budget face à celui présenté par le gouvernement.

Je suis la première candidate à l’élection présidentielle à me livrer à cet exercice, cela fait partie pour moi de la nouvelle pratique du pouvoir que nous proposons : dire ce que l’on fait, faire ce que l’on dit.

La crise que nous traversons est exceptionnelle par sa brutalité et sa globalité. Elle remet en cause les fondements mêmes du système sur lequel repose l’économie mondiale depuis la Seconde Guerre mondiale. L’urgence n’est donc pas de changer le pansement mais de penser le changement.

lire la suite sur : http://evajoly2012.fr

Politique

Prise de position – Déclaration d’Eva Joly – Jeudi 27 Octobre 2011 – Sommet de Bruxelles : une cautère sur une jambe de bois

« Je suis très inquiète, le dernier sommet ne change rien à la situation. Encore un sommet « petit bras » . Nicolas Sarkozy et Angéla Merkel naviguent à vue, loin des enjeux réels de la crise de la zone euro. Dans quelques semaines,malgré les effets d’annonce et la dramatisation du sommet de Bruxelles, les spéculateurs continueront leur travail de sape. Le Fonds Européen de Stabilité Financière ne sera pas suffisant pour protéger l’Italie ou l’Espagne.

Rien n’a été décidé pour interdire les paradis fiscaux, aller vers une harmonisation fiscale, créer un Trésor Européen, renforcer le fédéralisme européen ; Rien n’a été décidé pour rompre avec un système qui continue à spéculer sur les dettes souveraines, interdire les CDS, les ventes à découvert et les ventes sur les marchés de gré à gré.»

Ce qui frappe dans les choix répétés des dirigeants européens c’est leur myopie, leur hypocrisie, leur veulerie. Les banques privées, si elles renoncent à une part de leurs créances sur l’Etat Grec, seront en contrepartie recapitalisées à grand flots d’argent public, sans qu’aucune réforme du système financier et bancaire n’ait été mise en place et après que les banques aient annoncé de confortables profits et de juteux bonus. La contrepartie du FESF à 1000 milliards d’euros est la mise en place des politiques d’ajustement structurelles, c’est-à-dire l’austérité dans les pays qu’il aiderait et la vente à la découpe de l’Europe à la Chine alors même que nous devrions protéger l’Europe en instituant une préférence sociale et environnementale aux frontières de l’Union.

Alors que l’Europe s’enfonce dans une crise durable, les dirigeants européens jouent l’avenir du peuple européen à qui perd gagne. On applique à l’Italie la même recette qu’à la Grèce, alors que nous savons que cela conduit à un échec. La stratégie suicidaire, de l’austérité est une impasse qui amène inéluctablement à la récession. Les solutions évoquées par les dirigeants européens ne sont ni à la hauteur pour arrêter la spéculation sur la dette souveraine, ni à la hauteur pour relancer l’Europe. »

source article : http://evajoly2012.fr

EconomiePolitique

Premier discours Eva Joly candidate d’EE-LV à la présidentielle

Aujourd’hui, je m’adresse à vous en tant que candidate des écologistes à l’élection présidentielle.

Ma première pensée va à tous les artisans de cette primaire.

Je remercie d’abord tous ceux qui m’ont choisie.

Mais je remercie aussi tous ceux qui ont voté pour mes trois concurrents, notamment pour Nicolas Hulot. Ma légitimité d’aujourd’hui repose sur un scrutin ouvert aux écologistes venus de tous les horizons.

Je n’oublie pas, bien sûr, ceux qui ont soutenu ma candidature et qui n’ont compté ni leur temps, ni leur énergie. Cette victoire est aussi la leur.

Ma reconnaissance enfin est grande pour les initiateurs de ce formidable mouvement qu’est EE-LV. Ils m’ont sollicitée et accueillie à bras ouverts, il y a trois ans. Il est rare qu’un mouvement politique désigne une tête nouvelle.

Une première page se tourne.

Cette primaire est un succès. Jamais le candidat des écologistes n’a été désigné par une base aussi large.

Cette primaire est un progrès. Les Français ne veulent plus de petits arrangements au sommet. Ils veulent un langage de vérité.

Cette primaire est un espoir. L’ampleur de ma désignation me donne une grande responsabilité.

Le temps du débat entre nous est terminé. Il est sain que dans un mouvement démocratique un débat ait lieu. Ce qui nous rapproche est plus important que ce qui nous divise. Je veux rendre hommage ici à Nicolas Hulot qui a quitté un certain confort pour s’engager en politique et défendre l’écologie.

Il a, avec son équipe, un rôle de premier plan dans la mobilisation générale qui commence.

EE-LV est notre maison commune. C’est une maison ouverte et j’affirme avec joie notre unité.

C’est la première fois que se présente à la présidentielle une Française, qui est née et a grandi à l’étranger. Je suis venue à 20 ans en France, parce que ce pays était un rêve pour moi. Je suis tombée amoureuse de la France et de ses habitants. J’y ai fait ma carrière. Je m’y suis mariée. Mes enfants sont nés ici. Je suis une Française par choix et par conviction.

Mon accent est la marque du rayonnement de la France dans le monde entier. Qui peut douter que je ne sois une Européenne convaincue ?

Je représenterai la France de l’écologie. La France qui travaille pour les générations futures. La France qui place l’intérêt général au-dessus de celui des lobbies et du profit immédiat. La France qui change de modèle, qui retrouve le souffle de l’avenir.

L’écologie, c’est l’économie au service de l’homme et non l’homme au service de l’économie.

La croissance sans fin qui serait le remède à nos maux est une chimère. Non, la croissance n’est pas la réponse au chômage et à la pauvreté. Nous sommes pour la redistribution des richesses.

Nous sommes pour la modération énergétique et la sortie du nucléaire.

Nous devons engager la conversion de l’économie, passer d’une société jetable à une société durable. Nous ne pouvons continuer à enfouir dans nos campagnes des machines à laver et des frigos qui sont fabriqués pour tomber en panne au bout de 3 ans. Forêt amazonienne qui devient une savane où pousse le soja transgénique qui va être transporté à travers les océans pour nourrir le bétail. La savane africaine qui devient un désert. Ou la pêche industrielle qui anéantit les fonds marins.

Je représenterai la France qui n’accepte pas les discriminations et les ghettos. La France du XXIème siècle, dont l’identité n’est pas la nostalgie d’un âge d’or imaginaire, mais un projet ouvert, riche de ses différences. Je représenterai la France des régions souvent niées dans leurs traditions. La France des accents et des sangs mêlés. La France des banlieues, des chômeurs, et des petits salaires.

Je représenterai la France qui pense que la fraternité est notre bien le plus précieux. La France qui refuse de vivre sous le régime des privilèges. Celle qui désire de toutes ses forces retrouver l’esprit de la République.

C’est la première fois que se présente à la présidence de la République la candidate d’un mouvement écologique puissant, un mouvement qui progresse d’élections en élections. Un mouvement qui a dépassé les 15 % des votes aux élections européennes. C’est aussi la première fois que se présente à la présidence de la République une femme dont le combat contre la criminalité financière a occupé vingt-cinq ans de sa vie.

La France qui relève la tête face à l’impunité de la finance. Oui l’éthique est possible, même à la tête de l’Etat. Nous refuserons les compromissions du pouvoir.

Sans victoire de la gauche, il n’y aura pas d’arrivée des écologistes au pouvoir. Mais sans une écologie forte et influente, il n’y aura pas de victoire de la gauche. Reprendre le pouvoir, c’est bien. Mais pour en faire quoi ? EE-LV est une force d’alternative et le moteur de la gauche. Il y a la droite libérale et il y a une gauche productiviste. Les écologistes sont porteurs d’une nouvelle vision du monde.

2012 n’est pas une simple alternance possible entre l’UMP et le PS. Chacun sent bien que le monde change, que l’économie ne fonctionne plus comme avant.

L’économie française produit trois fois plus de richesses matérielles qu’il y a 30 ans. Sommes nous trois fois plus heureux ?

Ce sont des richesses matérielles souvent factices. Cette richesse supplémentaire est d’abord mal répartie. Nous sommes arrivés à l’épuisement d’une logique qui maltraite les hommes, une logique qui maltraite la planète. René Dumont l’affirmait en 1974. Les faits donnent raisons à l’écologie dans tous les domaines : eau, agriculture, énergie, finance, industrie, santé.

En Allemagne, les écologistes sont devenus le deuxième parti du pays. C’est avec cette ambition que j’engage aujourd’hui ma campagne car il n’ y a pas de raison que ce qui se passe aujourd’hui en Allemagne ne puisse pas se produire en France l’année prochaine.

L’UMP veut garder le pouvoir, pour qu’une caste continue de profiter de tous les passe-droits. Leur arme, c’est la division des Français, en jouant avec les mots, les chiffres, les faits.

Le PS veut reprendre le pouvoir, lui qui depuis trente ans a gouverné quinze ans. Leurs dirigeants ont été de tous les gouvernements de la gauche depuis 1981, pour le meilleur souvent et parfois pour le moins bon. Nous, écologistes, humanistes et européens, voulons rendre aux Français le pouvoir. Nous voulons que les choix essentiels soient largement exposés, débattus. Nous refusons que les grandes décisions soient tranchés en catimini dans des palais officiels, avec quelques grandes entreprises et grandes banques.

Je serai la représentante de France en mouvement. Ensemble nous pouvons remplacer la peur par l’espoir et le repli par l’ouverture. Oui nous sommes européens, et fiers de l’être. Nous agirons pour relancer l’Europe, notamment autour d’un cœur franco-allemand voulu par les écologistes des deux côtés du Rhin.

Oui nous sommes écologistes et fiers de l’être. Nous engagerons la France dans la sortie du nucléaire civil et militaire, la lutte contre les gaz à effet de serre et la restauration écologique.

Oui nous sommes partisans de la sixième république, et fiers de l’être. Nous défendrons le scrutin proportionnel, le non-cumul des mandats, la parité, le droit de vote des résidents étrangers, et le référendum d’initiative populaire. Oui nous refusons l’impunité et nous en sommes fiers. Nous ferons de la France le fer de lance de la lutte contre les paradis fiscaux, qui volent les ressources des citoyens et vident les caisses des Etats.

Allons dire, dans chaque commune de notre pays, dans chaque rue, dans chaque entreprise que les écologistes sont présents, libres, indépendants, audacieux, disponibles, utiles pour tous et attentifs à chacun. Allons dire que l’intérêt général est de retour, que nous le portons, que nous le défendons comme le bien le plus précieux. Allons dire que la couleur verte est celle de l’espoir.

Vive l’Europe ! Vive l’Ecologie!

source article : http://evajoly.fr/