Coup de coeur

De son vrai nom Laura Bridgman Dewey a vu le jour à Hanover, au New Hampshire, le 21 décembre 1829.

À 24 mois, elle était atteinte de la maladie de la scarlatine durant plusieurs semaines ce qui lui a pris la vue, l’ouïe et presque la totalité de son sens du goût. Le toucher est le seul sens qui n’a pas été infecté par la maladie, qu’elle a utilisée ingénieusement pour en apprendre davantage sur les objets qu’elle rencontre. Elle était excellente dans les tâches ménagères comme sa mère. Elle a créé des langages de signes assez spéciaux pour communiquer avec sa famille. Allez et venir étaient traduits par les gestes pousser et tirer, et l’approbation par une petite tape sur la tête, l’inacceptation par une tape dans le dos.

Au fur et à mesure qu’elle prenait de l’âge est éprouvait de crise de colère et à l’âge de sept ans, elle n’était contrôlable que par des sanctions physiques. Son père était le seul adulte auquel il obéissait.

Elle est la première femme aveugle, sourde et muette qui avait reçu une éducation en Anglais, 50 ans avant Hellen Keller. Fondé en 1829, Perkins School for The Blind n’éduquait que des personnes normales jusqu’au jour où Samuel Gridley Howe, le directeur de l’école était intrigué par son histoire et à tenter de l’éduquer. Laura a franchi la porte de l’école en octobre 1837, onze semaines après ses huit ans. Pour relever le défi, Howe a décidé de lui offrir un enseignement en anglais. Pour cela, il l’avait donné des objets familiers et lui apprenant les noms sur des étiquettes en relief. Une fois que Laura avait réussi à comprendre le sens du langage et de la communication, elle avait suivi les mêmes cours que les autres élèves. En 1942, Charles Dickens s’est rendu à Perkins pour écrire un livre sur Laura. Elle a arrêté ses études à l’âge de 20 ans, et est retournée dans sa ville natale pour s’adonner à la vie domestique.