Actualités

Diverses manifestations ont eu lieu après l’attentat de Charlie l’Hebdo survenu il y a plus d’une dizaine de jours. Certaines ont été mises en place pour soutenir les victimes et lutter contre le terrorisme. D’autres se sont produites en guise de contestation contre les caricatures du journal, comme celle qui s’est produite au Niger.

Dans la journée du samedi, des jeunes se sont rassemblés à Niamey pour manifester contre les caricatures publiées par Charlie l’Hebdo dans son dernier numéro qui s’est vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. En effet, les manifestants souhaitaient montrer leur mécontentement. La manifestation a ensuite dégénéré en émeute causant des morts et de nombreux blessés.

En effet, armés de gourdins, de pierres ou encore de barre de fer, les manifestants ont répliqué suite à la tentative de dispersion de la manifestation par les forces de l’ordre avec des bombes lacrymogènes. La manifestation avait commencé près de la Mosquée de Niamey avant de s’étendre dans plusieurs quartiers alentour nécessitant ainsi une intervention plus rigoureuse. Bilan de l’émeute : des pillages, destructions de commerces et d’églises chrétiennes ainsi qu’un appel aux ressortissants français, les invitant à ne pas sortir de leur domicile afin d’éviter toutes sortes d’accidents.

Coup de gueule

Des personnes arrêtées après la manifestation anti-Hollande

La manifestation contre Francois Hollande, en date du dimanche 26 janvier, a réuni approximativement 160000 personnes. C’est vers la fin de la protestation que les choses ont mal tournées entre les policiers et quelques manifestants. Des individus portant des cagoules et des masques de ski se sont mis à lancer des projectiles en tout genre: bouteilles, pétards ou encore des fumigènes. Suite à cet incident, 250 personnes ont été placées en garde à vue.

Lors de cette manifestation, dix-neuf officiers de police ont été blessés incluant un qu’on juge potentiellement grave. Manuel Valls, a déclaré que ce genre d’acte ne sera pas tolérer. Il a églament ajouté que “les violences contre les forces de l’ordre commises par des individus, des groupes hétéroclites, de l’extrême et de l’ultra-droite” seront punis par la loi. Les manifestants militaient principalement contre la hausse fiscale, le taux de chômage, la loi sur le marriage pour tous et pour d’autres raisons encore.