Coup de gueulePolitique

En Algérie, la décision de l’exploitation du gaz de schiste dans le Sud du pays a généré d’importantes manifestations à travers le pays. Non seulement, les algériens redoutent les effets que cela pourrait avoir sur leur santé, car cette manière première est réputée pour être très polluante, mais pensent aussi que la population algérienne ne pourra pas profiter des retombées de cette exploitation.

L’Algérie possède la quatrième réserve mondiale de gaz de schiste après les Etats Unis, la Chine ainsi que l’Argentine. Le pays a ainsi pris la décision d’investir sérieusement dans le secteur, en commençant tout d’abord par des exploitations d’essais. Mais cette décision ne ravit pas du tout la grande partie des algériens, et quand les forages expérimentaux sont entrepris, les manifestations se font de plus en plus nombreuses.

En effet, les opposants à ce type d’exploitations vont des partis politiques en dizaines aux populations des zones concernées par les exploitations et bien évidemment des autres villes, comme dans la capitale, Alger. De plus, la date du 24 Février est symbolique pour avoir été choisi par les manifestants. Des milliers de militants sont ainsi descendues dans les rues, bien évidemment quadrillés par les forces policières avec les forces anti-émeute bloquant l’accès à l’Esplanade de la Grande-Poste avec des barricades faisant ainsi éclater de violents affrontements.