Coup de gueule

La BAC des quartiers nord de Marseille a provoquée la mort de Mehdi Bourogaa, un jeune homme de 18 ans habitant la cité Maison-Blanche

Une enquête de l’IGPN a été ouverte, mais chacun sait que les conclusions de l’institution ne mettent jamais en cause les agents dans ce genre d’affaires. Il semble que la mort du jeune homme soit intervenu suite à une course-poursuite. La police a été appelée vers 19h30 suite à un braquage à main armée au Lidl du quartier des chartreux. C’est à partir de là que les versions diffèrent radicalement.

La police tue, encore et encore

Selon les agents la course-poursuite s’achève dans la cité des marronniers. Le parquet affirme que : «un fonctionnaire de police a ouvert le feu à plusieurs reprises après avoir été lui-même, puis un de ses collègues, mis en joue par un des malfaiteurs armé d’un fusil». Cependant les témoignages des habitants diffèrent profondément de la version policière. Selon certains le jeune homme sortait à peine de la voiture pour s’enfuir et ne pointait pas son arme sur les policiers. D’autres racontent qu’il a été menotté puis roué de coups à terre avant de mourir.

Les vautours de la classe politique en campagne se sont déjà emparés de l’affaire. Sans surprise le RN a félicité la BAC et en appelle à la fin de l’enquête de l’IGPN. La droite de son côté s’est insurgée contre un rassemblement de protestation devant le commissariat de police. Ils attribuent cette mobilisation à « l’ultra-gauche ». Ce qui est certain c’est qu’un énième jeune prolo de banlieue a été abattu par la police. Personne n’attend réellement que l’enquête de l’IGPN mette en cause les policiers. Cette histoire a déjà été jouée de nombreuses fois, Mehdi vient s’ajouter à la longue liste des gens tués par la police. Une marche blanche est prévue pour samedi prochain.

Coup de coeur

Le blogueur américain spécialisé dans la diffamation et dans la consommation d’alcool, Robert Eringer, a dépassé les limites du mauvais gout en lançant une nouvelle salve d’accusations mensongères à l’encontre de l’ancien policier André Muhlberger, décédé cet été dans des conditions dramatiques. André Muhlberger

Lire la suite “André Muhlberger : policier modèle et victime facile”

EconomiePolitique

PCF : Marseille – appeler l’armée ne réglera pas les problèmes

Il faut mettre fin aux règlements de compte meurtriers qui touchent la région marseillaise depuis quelques mois. Cette situation est grave. Mais ce n’est certainement pas en faisant quadriller la ville par l’armée que l’on pourra y faire face. Son métier n’est pas de lutter contre le crime. Cela ne règlera pas les problèmes. Les habitants des quartiers, en plus des difficultés d’emploi, de logement, de pouvoir d’achat n’ont pas besoin qu’on les fasse vivre dans des camps militarisés. C’est par les vertus de l’État de droit, de la démocratie et de la justice sociale que l’on pourra réellement changer les choses. Il faut démanteler les trafics grâce à une police d’investigation dotée de moyens suffisants, il faut répondre, aux problèmes sociaux qui sont particulièrement forts à Marseille. La pauvreté qui règne dans les quartiers est le résultat de longues années de politiques libérales qui ont détruit l’économie et l’emploi au profit des marchés financiers. Pour en sortir, il faut des choix courageux qui pourront empêcher que les trafiquants y fassent leur terrain de jeu et y détruisent des vies. Il faut proposer un avenir aux jeunes en les sortant du chômage et de la précarité qui sont leur quotidien. Marseille, trop longtemps délaissée, doit faire l’objet d’un effort particulier de l’État avec un véritable plan de relance. C’est avec les habitants, les associations, les éducateurs, les enseignants, les travailleurs sociaux, les agents des services publics que les autorités doivent agir. Ce sont eux qui doivent colorer de leur soif de vivre les quartiers de Marseille.

source article : http://www.pcf.fr

Politique

Greenpeace en action à Marseille

Ce matin, des militants de Greenpeace ont suspendu une banderole indiquant Forages : touche pas à ma mer ! sur Notre-Dame de la Garde à Marseille, cette basilique symbole de la ville, protectrice des marins. Par cette action, Greenpeace demande aux pouvoirs publics de rejeter la demande déposée par les sociétés Melrose et Noble Energy de renouveler leur permis exploratoire les autorisant à procéder à des forages profonds en mer, à 24 km au large de Marseille, pour rechercher des hydrocarbures liquides et gazeux.

lire la suite sur : http://energie-climat.greenpeace.fr/forages-en-mediterranee-en-action