Coup de gueule

Sous pression depuis un bout de temps maintenant, l’Agence France Presse reste en perpétuelle menace de grève. En effet, le début des premiers mouvements de grève fut il y a à peine une semaine. Les syndicats ne comptent cependant pas lâcher prise et avec une grande majorité ont fini par voter ce 15 juillet une journée entière de grève.

Les grèves ont commencé suite à l’annonce du PDG de l’AFP qui souhaitait dénoncer tous les accords sociaux en vigueur au sein de la société lors d’un comité d’entreprise extraordinaire. Le but de ces mouvements de grève est donc de demander aux dirigeants de ne pas faire de dénonciation.

Les différents syndicats sont eux-mêmes divisés sur le sujet. En effet, le SNJ ou Syndicat National des Journaliste et le CFDT ou Confédération Française Démocratique du Travail souhaitent une renonciation à la dénonciation des accords sociaux et à une reprise de dialogue quand le CGC, SUD, FO et CGT ne souhaitent tout simplement pas participer aux futurs débats. Tous les syndicats ont pourtant une chose en commun, ils ne veulent aucune dénonciation des accords et comptent bien intervenir jeudi matin lors du Comité d’entreprise en question cette action étant perçue comme une déclaration de guerre à tous les salariés de la société.

 

Crédit photo: Wikimedia, photo by KoS

Coup de coeurPolitique

Comme une tradition, c’est une fois par an que le Citizen Day prend place au sein de la société. Collaborateurs et employés prennent ainsi part à cette journée sensée se passer sous le signe de la solidarité. Ce sont ainsi des milliers de collaborateurs qui vont participer à des actions caritatives.

Pour la sixième année consécutive, la société L’Oréal se prépare à vivre son Citizen Day ce jeudi 2 juillet. Ainsi, ils seront près de 6000 collaborateurs de la firme à entrer en action pendant cette journée pour aider les plus démunis se trouvant dans pas moins de 62 pays à travers le monde.

Les axes principaux de cette année seront la lutte contre la précarité et l’exclusion, le handicap, l’action pour l’emploi, l’environnement ainsi que la solidarité inter-génération. 162 actions solidaires ont été ainsi proposées autour de ces axes pour que la journée soit la plus fructueuse possible. Ces derniers peuvent ainsi concerner des travaux d’embellissement pour un parce comme ce sera le cas en Essonne cette année dans la résidence sociale Coalia d’Étampes ou encore la mise en condition des produits destinés à être envoyés aux plus démunis dans le monde et bien d’autres encore. L’année dernière, la journée avait mobilisé 24000 salariés de la société et des collaborateurs dans le monde entier.

 

Crédit photo: Wikipédia

Coup de gueulePolitique

Il pourrait y avoir un “été chaud” du côté de Calais, car le syndicat maritime Nord a promis “des actions fortes” si Eurotunnel arrêtait de louer ses navires à la scop SeaFrance. Eric Vercoutre, secrétaire général du Syndicat maritime nord demandera à toutes les sections syndicales réunies dans le Pas-de-Calais de faire des actions sur trois, voire quatre jours si rien n’évolue favorablement.
Mardi, des marins en grèves après la vente de leurs bateaux à une société concurrente danoise, ont bloqué d’abord le tunnel sous la Manche puis l’A16. Ce n’est qu’un avertissement. La prochaine étape de ce dossier complexe est l’examen par le tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer vendredi d’un délai supplémentaire concernant la prorogation des contrats d’affrètement des navires à la Scop Sea France par Eurotunnel. Le gouvernement a demandé à Eurotunnel de trouver une solution pour le futur qui permette la reprise d’un maximum de salariés. Il en va de la responsabilité sociale de la société vis-à-vis de la région.

Or justement puisque les éventuels repreneurs doivent déposer un dossier de reprise des bateaux, le syndicat maritime indique que la SCOP fait une offre qui reprend les 600 salariés. Elle est aidée par la région et le département. Il n’est pas question de laisser passer le projet du Danois DFDS Seaways qui ne compte reprendre que 202 emplois des quelque 600 employés de la Scop SeaFrance dans son projet de reprise.

Crédit Photo : Paul Smith

 

 

Rendez-vous a partir du 1 juillet ….

 
Coup de gueulePolitique

C’est un vrai mouvement social qui s’est tenu à Châteaubriant ce vendredi pour donner suite à la manifestation qui s’est déjà tenue la veille. Les salariés de la société Kuhn-Huard dans le domaine des matériels agricoles manifestent devant les bureaux pour demander une prime d’équipe.

Les conditions de travail dans les nombreuses sociétés sur le territoire français se sont beaucoup dégradées ces derniers temps. C’est également devenu le cas de la société Kuhn-Huard. En effet, la décision de la société de faire passer les équipes du matin et de l’après-midi en équipes tournantes a été le commencement des tracas.

Aujourd’hui, plus d’une centaine de salariés se mobilise ainsi pour demander qu’une prime d’équipe soit versée en compensation de tous les changements. Mais c’est également un sentiment de ras-le-bol qui les a poussé à se manifester pour faire entendre leur voix. En effet, en plus des changements, il y a également la pression des responsables qui s’accentue de jour en jour pour obliger les salariés à être plus productifs.

La direction a fait une première proposition aux syndicats en ce qui concerne la prime, mais elle a été rejetée puisque jugée encore trop insatisfaisante pour répondre aux revendications des employés.

 

Crédit photo: Kuhn Huar Facebook page

Coup de gueulePolitique

Les mobilisations se sont tenues un peu partout dans le monde samedi dernier contre le géant dans le domaine de l’agroalimentaire Monsanto et aussi contre la culture OGM. La France n’a donc pas dérogé à la règle avec des manifestations dans de nombreux endroits.

À Lyon, plus de 500 personnes se sont jointes au défilé organisé pour manifester contre Monsanto et les cultures OGM. Mais les rassemblements se sont aussi tenus à Bayonne, Paris, Toulouse et Bordeaux. Le but, sensibiliser la population aux dangers des produits utilisés par le géant agroalimentaire et donc sur leur produit de consommation, avec des banderoles qui donnent le ton «  Qui sème OGM, récolte problème » ou encore « Monsanto = Céréales killers »

Les manifestations estiment ainsi qu’il est possible d’avoir recours à d’autres alternatives pour les productions et que la manière de consommation doit être changée au plus vite pour éviter des conséquences désastreuses. En effet, les produits de la firme en question contiennent des produits cancérogènes dont le Roundup par exemple.

Au total, une quarantaine de pays de par le monde ont participé à la mobilisation dont le Burkina Faso, la Suisse. A Paris, 2000 à 3000 personnes ont manifesté. Il s’agit en effet d’un problème qui devrait tenir tous les consommateurs à cœur.

Coup de gueulePolitique

Un préavis de grève a été déposé par les agents de la TCL. En effet, ils ont souhaité faire la grève ce vendredi pour faire entendre leur revendication. Tout le réseau est donc touché par cette grève, causant des soucis importants aux usagers.

Causer de graves perturbations au sein du réseau TCL de Lyon a été le seul moyen pour les 150 agents de la société pour faire parler de leur mouvement social ce vendredi. Bus, tramway et métro sont ainsi handicapés par les mouvements de grève des employés. En effet, certaines lignes seront complètement indisponibles quand les autres seront en marche à certaines heures seulement.

Par cette grève, syndicat et salariés souhaitent ainsi mettre à la loupe le manque de revalorisation annuelle pour les salaires de cette année 2015. Ils souhaitent également dénoncer la dégradation des conditions de travail au sein de la société ayant pour cause la nouvelle organisation imposée par les dirigeants depuis l’année 2010. Parmi ces choses à prendre en compte selon eux, une modification au niveau de l’organisation du temps de travail, les modalités ayant été mises en place sans aucun accord en 2010. La société souligne en contrepartie que l’inflation négative ainsi que les résultats de la société ont conduit à l’écartement des augmentations annuelles, mais sans licenciements et gels de salaires.

Politique

L’un des problèmes majeurs qui causent le réchauffement climatique de la planète reste la déforestation. Pour participer à la lutte pour le bien-être de la planète, les Équatoriens ont ainsi décidé de se mobiliser une journée pour planter des arbres !

Après une journée de mobilisation pour planter des arbres sur tout le territoire de l’Équateur, les milliers de volontaires qui ont décidé de se rallier à la cause ont ainsi planté presque 600 000 arbres en tout et pour tout, cela en l’espace de 24 heures seulement.

Pour participer, il fallait tout simplement planter un arbre, prendre le tout en photo et envoyer un hashtag de l’opération avec le tweet. Au final, 580 000 arbres de 200 espèces ont été plantés par des volontaires issus de tout milieu. Même les militaires ont été mobilisés pour troquer leurs armes un instant avec des pelles et des pioches pour participer à l’opération. Avec cette mobilisation ainsi que les  millions de dollars consacrés à l’environnement par le pays, le gouvernement espère ainsi atteindre un niveau de déforestation zéro pour l’année 2017. Un défi qui mérite des encouragements et une mobilisation qui devrait être copiée dans le monde entier pour une reforestation en un temps record !

Coup de gueule

Le projet de loi Touraine fait encore et toujours parler de lui. En effet, les réformes prévues par le projet en question ne font pas l’unanimité chez les médecins, causant par exemple la grève qui a pris place à Roanne ce lundi, parti pour durer trois jours environ.

La majorité des cabinets médicaux de Roanne a fermé ces portes à partir de ce lundi. En effet, l’appel à la grève lancée contre le projet de loi a atteint quasiment la majorité de ceux basés à Roanne. Résultat, seuls deux des cabinets sur place sont restés ouverts, les cinquante autres ayant fermé leurs portes pour participer à la mobilisation.

Pour les médecins de Roanne, ce ne sont pas tellement les questions de tarifs qui inquiètent, mais bien « l’évolution catastrophique de la démographie médicale » en France, mais spécialement dans leur localité. En effet, la loi de réorganisation imposée cause la peur au sein des médecins généralistes qui sont déjà saturés à Roanne. La loi du tiers payant reste également au cœur des préoccupations dans le secteur, ils recherchent avant tout les meilleures conditions de travail possible pour qu’ils puissent s’acquitter de leurs tâches correctement. La loi arrive quand les difficultés se font ressentir chez eux avec un effectif bien réduit, encore accablé par le départ en retraite de deux médecins à la fin de l’année.

Politique

Un fond d’investissement allemand a annulé un projet de délocalisation de son usine de plasturgie situé dans le Rhône, suite à la mobilisation et à la ténacité des salariés.

A Galion dans le Rhône, les syndicats ont pu annoncer que le plan de Vitasheet Group, (basé au Royaume-Uni mais appartenant au fond d’investissement allemand) visant à délocaliser son entreprise et sa production vers des usines allemandes et italiennes a été annulé. Cela va permettre de sauver 50 emplois et maintenir une activité industrielle. C’est l’actionnaire allemand qui a purement et simplement stoppé son plan de licenciements.

Mercredi dernier, 3 propositions ont été étudiées, soit le projet de restructuration avec un plan social et des indemnités, soit des négociations avec les salariés pour une offre de reprise de type Scop, soit un nouveau projet incluant 10 licenciements et départs volontaires au lieu de 58.

Vendredi dernier, la décision a été prise, et c’est ce troisième scénario qui a été retenu sauvant ainsi la dernière usine d’extrusion de plaque de plastique en forte épaisseur de France. La restructuration va entraîner le départ volontaire ou la retraite de 9 personnes.

Une bonne nouvelle pour les travailleurs et les ouvriers de l’usine de Galion, en espérant que les décisions prises seront maintenues et confirmées dans le futur.

Crédit photo : matex varese

Coup de gueule

La branche pharmaceutique des laboratoires Pierre Fabre connait un tournant délicat dans son activité contrairement à la branche esthétique qui fleurit comme jamais. Un plan social a donc été annoncé au mois de décembre de l’année dernière pour cette partie de l’entreprise, entraînant de nombreuses négociations entre la direction et les représentants des employés.

Samedi, une manifestation rassemblant quelques centaines de salariés s’est déroulée à Castre pour lutter contre le plan social proposé par la société pharmaceutique Pierre Fabre. Cette partie reste le berceau de l’entreprise ainsi que la partie la plus touchée par le plan social, d’où la manifestation.  C’est derrière des banderoles inquiétantes qu’ils se sont présentés. Un moyen pour eux de montrer la teneur de leur inquiétude sur leur avenir. C’est en effet plus de 500 emplois qui sont menacés par le plan social en question.

Cela fut également un moyen de pression sur la direction qui reste cependant favorable à toutes discussions qui pourraient s’avérer constructives. La demande des syndicats pour cette mobilisation restait simple : l’entreprise ne doit pas laisser en reste tous ces employés qui ont consacré leur carrière au succès comme au déclin de la branche pharmaceutique du laboratoire sous peine que leurs compétences ne correspondent plus à ce que la société recherche.