Politique

afeu_artifice_photo__Pierre_Schwaller.jpg

Si on se fie à l’indice de confiance des consommateurs, calculé par l’INSEE, les français se seraient montrés plus optimistes qu’à l’accoutumé pour la période des fêtes de fin d’année. Malgré un chiffre qui demeure bien en dessous de la moyenne de longues périodes (100), cet indice a en effet progressé d’un point par rapport à celui de novembre, pour atteindre 85 en décembre.

Selon l’INSEE, les français ont ainsi été un peu moins nombreux à anticiper une évolution négative du marché de l’emploi : “le solde correspondant perd 10 points, après avoir augmenté de 15 points en novembre. Il reprend ainsi la baisse débutée à l’été 2013 et se situe 31 points en dessous de son niveau de juin”. Malgré tout, il reste en-dessus de sa moyenne de long terme (32).

Benoît Hamon, Ministre chargé de la Consommation, ne cesse de mettre en avant une inversion évidente de la courbe du chômage même si, selon ses termes, elle “n’est pas forcément perceptible par toutes les familles”. A contrario, l’INSEE estime que le taux de chômage devrait continuer d’augmenter légèrement jusqu’à fin juin 2014. En atteignant, à ce moment-là, 11% de la population active, il correspondrait à une quasi-stabilité par rapport au taux de septembre 2013.

EconomiePolitique

happy_face_photo_moonik9.jpg

__D’après un sondage réalisé par l’Ifop pour le compte de Coca-Cola, les français seraient plutôt optimistes et s’estiment même heureux de vivre à notre époque. __ Malgré la crise économique et le taux de chômage, les français sont 71% à estimer qu’ils ont de la chance de vivre à notre époque. Un optimisme qui serait même partagé par 66% des jeunes de moins de 30 ans, population frappée de plein fouet par les difficultés d’insertion sur le marché de l’emploi.

“Les gens s’aperçoivent qu’on vit bien mieux que nos grands-parents, on vit plus longtemps, on vit en meilleure santé, on a un système de santé qui marche bien”, analyse le sociologue Bernard Cathela.

“Même si l’économie n’est pas terrible en ce moment, on est un pays qui fait partie des pays très riches. On atteint des bons niveaux de vie, on a un système de consommation, on est dans un pays extrêmement protégé. Dès qu’on regarde à l’extérieur ou dans le passé, on s’aperçoit que ce n’est pas si mal chez nous”, a déclaré le sociologue Bernard Cathela aux journalistes de RTL.

Ce n’est cependant plus dans les aventures collectives que les français s’épanouissent. Selon l’Ifop, le repli sur soi-même et son entourage apporterait beaucoup à nos concitoyens. Les français poursuive maintenant un mode de vie “cocooning” ou ils veulent “profiter de tous les petits bonheurs de la vie que l’on peut partager avec les siens, avec ses amis, au jour le jour”.