OUIGO
Société

Dans un communiqué publié jeudi 11 août, la CGT-Cheminots a dénoncé « des problèmes de maintenance et d’insalubrité » sur les trains Ouigo. De son côté, la SNCF affirme que tous les problèmes ont été réglés. 

«  Présence de cafards et de larves  »

« Les rames des trains Ouigo font beaucoup plus de kilomètres que les TGV classiques, explique Abdelkader Bensadoun, secrétaire de la CGT cheminots de Lyon Perrache.  Il y a des problèmes de maintenance et d’insalubrité qui nécessiteraient que certaines rames soient retirées pendant plus d’une semaine pour faire un travail de fond ». 

Mais la SNCF ne dispose pas de suffisamment de rames de secours, et rechigne donc à envoyer les rames insalubres en maintenance. « Il en faudrait au moins six en réserve, estime le secrétaire. Trois pour la partie atlantique et trois pour la partie sud-est ».

« Depuis le début de l’été on alerte sur la présence de cafards et de larves dans la rame 774, et plus précisément dans la voiture numéro huit. La rame a été sortie quelques jours, mais pas assez longtemps pour traiter le problème en profondeur, et remise en circulation » , illustre le syndicaliste. 

Traitement insecticide effectué

De son côté, la SNCF affirme que les problèmes avaient été réglés avant même d’être divulgués par la CGT. « Un traitement insecticide a été effectué durant plusieurs nuits dans la voiture concernée » et « du fait de la présence persistante des nuisibles, un autre traitement plus lourd » a nécessité « l’immobilisation de la rame durant plusieurs jours », a déclaré la SNCF, précisant que l’engin faisait désormais « l’objet d’une surveillance quotidienne sur les sites de maintenance ».

Le groupe a ajouté « être étonné par ce communiqué qui ne fait qu’alimenter une polémique. Les problèmes ont été identifiés, sont déjà résolus ou en cours de résolution. Ce n’est pas aussi noir que ce qui est décrit », assure la SNCF.