Politique

Pilule : « conflit d’intérêts et intérêt des femmes »

Les autorisations de mise sur le marché ont bien été données en toute connaissance de cause, les effets secondaires et les complications potentielles étant connues.

Des enquêtes en particulier de l’INSERM les ont confirmées. Pourquoi n’avoir pas pris des décisions plus tôt si elles s’imposent ?

Il faut absolument que des études plus poussées soient entreprises afin de n’alimenter ni des réactions de peur inappropriées, ni une trop grande sérénité. Dans tous les cas, il ne saurait être question de jeter le discrédit sur la contraception féminine.

Le débat sur les contraceptions de 3ème et de 4ème générations se poursuit et des questions restent en suspens.

Il faut que les décisions politiques soient prises en toute indépendance des pouvoirs et des lobbying pharmaceutiques dans le seul intérêt des femmes.

Le PCF et ses partenaires du Front de gauche militent pour la création d’un pôle public du médicament assurant un contrôle démocratique des décisions et pesant sur les choix de recherche et de production pour les libérer de la logique financière.

source article : http://www.pcf.fr

Politique

Le Conseil national du PCF décide d’une grande campagne nationale contre l’austérité

Suite au rapport présenté par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, le conseil national a décidé d’engager, avec le Front de gauche, une grande campagne nationale contre l’austérité.

En France, des salariés, les organisations syndicales ne baissent pas les bras. Des citoyens, des économistes, des pans entiers de notre société n’acceptent pas l’idée que la gauche va de nouveau se fracasser contre ce mur de la finance. C’est aussi vrai en Europe.

C’est en pensant à ces forces disponible que nous proposons une grande campagne nationale sur le thème « l’alternative à l’austérité, c’est possible ».

Le PCF propose au Front de gauche de s’y engager très fortement, d’en faire notre feuille de route des six prochains mois, et d’y associer toutes celles et ceux qui veulent en être. Nous proposons une implication citoyenne très large : grand meeting national de lancement avec une série de réunions publiques en régions, organisation de votations citoyennes, de marches contre l’austérité, assemblées, ateliers législatifs, journées de mobilisation sur des questions précises permettant de faire la démonstration que des solutions existent. Nous allons proposer des mesures plus justes socialement et bien plus efficaces économiquement.

La coordination du Front de gauche a réagi très positivement à cette proposition d’une grande campagne nationale contre l’austérité dont l’objectif politique pourrait se résumer à une idée : dans six mois, nos concitoyens qui se retrouvent dans des valeurs de gauche seront-ils résignés, abattus, où au contraire dans un esprit de combativité contre l’austérité, mobilisés pour obtenir un changement de cap au nom de ceux qui ont fait le choix du changement ?

source article : pcf.fr

Politique

Cuba : Lever un blocus illégal et illégitime

L’Assemblée générale de l’ONU a voté la résolution annuelle pour la levée du blocus imposé par les États-Unis à Cuba depuis cinquante ans. 188 États se sont prononcés en faveur de cette résolution. C’est un record, et le constat par la quasi totalité des États du monde d’un anachronisme flagrant.


Le président Obama doit mesurer le consensus mondial qui s’est exprimé mardi et doit enfin écouter l’ensemble des gouvernements d’Amérique latine qui ont fait le choix de la souveraineté donnant sa place à Cuba dans la nouvelle Communauté des États latino-américains, organisation que Cuba présidera à partir de janvier prochain. Pour inaugurer son second mandat, Obama s’honorerait à lever le blocus – illégal et illégitime – contre Cuba. Il s’agit ni plus ni moins que d’appliquer le droit. L’extraterritorialité des lois qui constituent le blocus est inacceptable, elle empêche tous les pays du monde d’avoir des relations normales avec Cuba.

La France a voté pour la levée du blocus. Nous nous en réjouissons.

Mais, avec l’Union européenne, elle ne peut s’en tenir à des paroles sans lendemain. Elles doivent mener une politique beaucoup plus active en direction de l’Amérique latine, et en particulier vis-à-vis de Cuba, et favoriser le développement des coopérations.

Un ordre mondial nouveau, fondé sur la coopération et la démocratie, le respect des droits humains et des Peuples, ne peut être envisageable tant que l’un des plus grands scandales politiques et l’une des plus criantes injustices, n’est pas définitivement balayé.


Le PCF réaffirme son soutien au peuple cubain, pour la levée du blocus économique, commercial et financier, au caractère inhumain de par ses conséquences sur tous les aspects et toutes les dimensions de la vie d’un peuple. Il exige la libération complète des Cinq de Miami.

source article : pcf.fr

Politique

Colombie: Le PCF soutient le dialogue pour la paix

Les délégations des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et du gouvernement du président Juan Manuel Santos se sont rencontrés à Oslo pour l’installation du dialogue qui devra conduire à la paix en Colombie après un demi-siècle de conflit.

La paix est possible avec la reconnaissance du droit à la terre et le respect du droit des victimes à la réparation.

Elle est possible si elle ne laisse aucune place à l’impunité et si les droits à la sécurité et à l’exercice de la démocratie sont garantis. Elle est possible si tout est entrepris pour faire reculer ceux qui seraient tentés de faire obstacle, ceux qui se sont enrichis par la violence contre le peuple colombien.

Le PCF soutient ce processus de dialogue. Il réaffirme sa solidarité avec le peuple colombien qui se mobilise en faveur de la paix, avec les progressistes et les démocrates qui agissent pour que l’espoir devienne réalité.

source article : pcf.fr

Politique

Echec de la fusion EADS-BAE : une bonne nouvelle pour le PCF !

Le projet de fusion entre EADS et le BAE system était un cheval de Troie du complexe militaro industriel anglo-américain pour torpiller de l’intérieur l’industrie aérospatiale européenne et remettre en cause notre indépendance nationale. Ce projet de fusion avait été instruit dans le plus grand secret par les dirigeants d’EADS et de BEA. Le gouvernement français se manifesta dans cette affaire par un silence assourdissant, François Hollande se contentant de déclarer que cela ne relevait que de la « décision des entreprises ». Alors qu’avec EADS se joue une part de l’avenir industriel de la France et de l’Europe, alors qu’il s’agit aussi de questions de défense nationale, ce « no comment » du gouvernement est stupéfiant. Le Parlement et les représentants des salariés ont été tenus dans l’ignorance avec la volonté de les mettre devant le fait accompli. Maintenant que ce projet néfaste a échoué, il est plus que jamais nécessaire de donner des pouvoirs d’intervention aux salariés sur les stratégies industrielles des groupes. Les parlementaires de gauche en France comme en Europe, se doivent de légiférer dans ce sens. Aujourd’hui avec le désengagement annoncé des actionnaires privés de référence d’EADS – Daimler et Lagardère – offre l’opportunité historique de faire d’EADS le premier groupe industriel européen public. Il est maintenant de la responsabilité politique des gouvernements français, allemand et espagnol d’œuvrer dans ce sens.

source article : www.pcf.fr

Politique

Nouveau livre : : Maintenant prenez le pouvoir Pierre Laurent , Aléxis Tripras

Les mots de l’éditeur :

La candidature de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle de 2012 a suscité un élan populaire exceptionnel. Que devient ce mouvement une fois l’élection passée ? Feu de paille ou promesse d’une nouvelle façon de faire de la politique ? Dans cet ouvrage, Pierre Laurent, actuel secrétaire national du parti communiste français, l’une des principales composantes du Front de gauche, tire les enseignements de cette expérience qui peut profondément changer la géographie politique de la France et suscite un réel intérêt en Europe. Il propose aux citoyens, et pas seulement aux partis, de se saisir des pouvoirs économiques, financiers et politiques qui les concernent pour construire une société qui part des besoins humains et de la nécessité de préserver la planète.

Loin de s’éloigner des enjeux du débat européen et français sur la crise de la dette, ce livre permet aux centaines de milliers de personnes qui se sont mobilisées à travers le Front de gauche d’inventer des pratiques politiques qui sortent du dilemme consistant soit à soutenir le gouvernement issu de la victoire de François Hollande à la présidentielle en taisant leurs critiques soit à s’opposer à cette gestion gouvernementale sans rien proposer et sans rien construire « ici et maintenant ».

Pierre Laurent est secrétaire national du Parti communiste français depuis le 20 juin 2010, et président du Parti de la gauche européenne. Préfacier : Aléxis TRÍPRAS est un homme politique grec de gauche, membre du Parlement hellénique, président du parti Synaspismós et chef du groupe parlementaire de la SYRIZA.

Politique

Les mots de l’éditeur :

On a voté… et puis après ? Olivier Besancenot

Le 6 mai 2012, le 1 % des Français les plus riches a perdu son VRP et la foule, place de la Bastille, a davantage fêté le licenciement politique de Nicolas Sarkozy que la victoire de François Hollande.

Mais sous les urnes il y a la vase. 48,5 % des Français ont voté pour un candidat qui a fait une campagne xénophobe, raciste et « islamophobe », violant ainsi, pour la plupart, un interdit moral et ouvrant la voie au Front national.

On a voté… et puis après ? La crise prospère à l’instar des banquiers, les plans de licenciement et les délocalisations sortent des tiroirs. Il faut bien faire monter la Bourse !

Olivier Besancenot invite à une prise de conscience, à la reprise des luttes sociales. Même sous un gouvernement de « gauche », rien ne sera donné. Tout est à reprendre.

EconomiePolitique

PCF : Marseille – appeler l’armée ne réglera pas les problèmes

Il faut mettre fin aux règlements de compte meurtriers qui touchent la région marseillaise depuis quelques mois. Cette situation est grave. Mais ce n’est certainement pas en faisant quadriller la ville par l’armée que l’on pourra y faire face. Son métier n’est pas de lutter contre le crime. Cela ne règlera pas les problèmes. Les habitants des quartiers, en plus des difficultés d’emploi, de logement, de pouvoir d’achat n’ont pas besoin qu’on les fasse vivre dans des camps militarisés. C’est par les vertus de l’État de droit, de la démocratie et de la justice sociale que l’on pourra réellement changer les choses. Il faut démanteler les trafics grâce à une police d’investigation dotée de moyens suffisants, il faut répondre, aux problèmes sociaux qui sont particulièrement forts à Marseille. La pauvreté qui règne dans les quartiers est le résultat de longues années de politiques libérales qui ont détruit l’économie et l’emploi au profit des marchés financiers. Pour en sortir, il faut des choix courageux qui pourront empêcher que les trafiquants y fassent leur terrain de jeu et y détruisent des vies. Il faut proposer un avenir aux jeunes en les sortant du chômage et de la précarité qui sont leur quotidien. Marseille, trop longtemps délaissée, doit faire l’objet d’un effort particulier de l’État avec un véritable plan de relance. C’est avec les habitants, les associations, les éducateurs, les enseignants, les travailleurs sociaux, les agents des services publics que les autorités doivent agir. Ce sont eux qui doivent colorer de leur soif de vivre les quartiers de Marseille.

source article : http://www.pcf.fr

Politique

Liquidation / Doux : un saccage organisé

Le tribunal de commerce a décidé, hier 1 août, la liquidation judiciaire de l’entreprise avicole bretonne Doux. En plein congé estival, cette décision – dont la famille propriétaire et dirigeante du groupe industriel se dit satisfaite – est écœurante s’agissant d’une entreprise qui a perçu des dizaines de millions d’euros de financement public sans contrepartie pour le maintien de l’emploi de ses salariés, aujourd’hui en première ligne de ce saccage organisé. C’est à une véritable remise à plat de la filière avicole avec pour objectif sa réorganisation complète que le ministère du Redressement productif doit sans attendre consacrer ses efforts. Il faut mettre un terme aux stratégies de rentabilisation financière des directions managériales comme celle du groupe Doux qui sacrifient emploi, savoir-faire industrie et qualité de la production au profit des dividendes d’actionnaires peu scrupuleux. Il est grand temps, aussi, qu’à l’entreprise comme ailleurs les salariés puissent peser sur les décisions stratégiques qui les concernent. Le PCF affirme son soutien et sa solidarité aux salariés. Les communistes joignent leurs voix aux appels pour une intervention de l’État et des pouvoirs publics, aux côtés des salariés et de leurs syndicats, afin de mettre en échec le projet de démantèlement de l’entreprise Doux.

source article : http://www.pcf.fr

Politique

PSA/Montebourg : un moratoire sur les restructurations engagées

Le CCE de PSA a permis, grâce à la mobilisation des salariés et à l’unanimité des syndicats, de bloquer le déclenchement du plan de licenciements. Un expert est nommé, du temps est gagné mais les intentions de la direction n’ont pas varié d’un iota. C’est maintenant la mobilisation qui pourra faire reculer la direction. Le point marqué ce matin doit être mis à profit pour faire la clarté sur les mensonges des actionnaires. Malheureusement, dans ce moment décisif, les salariés n’ont pas pu compter sur l’appui du gouvernement. Le plan d’aide d’Arnaud Montebourg aux voitures électriques et hybrides est à côté du problème posé. Il élude la question qui fâche : les garanties d’une pérennisation de la production automobile et de ses investissements en France. Le bavardage de Michel Sapin sur le dialogue social n’était en rien à la mesure de la gravité des décision de PSA. Le PCF renouvelle son soutien aux salariés de PSA et de toute la filière automobile. Il exige un moratoire sur les restructurations engagées et amplifiera son combat pour des mesures anti licenciements réelles, de nouveaux droits pour les salariés et une stratégie industrielle globale. (Pierre Laurent, secrétaire national du PCF)

source article : http://www.pcf.fr