Politique

Pour faire baisser le prix du permis de conduire et le rendre accessible à un nombre important de bénéficiaires, le gouvernement entend instaurer plusieurs mesures.

Tandis que le coût du passage et de l’obtention du permis de conduire atteint des sommets partout en France, avec une moyenne qui dépasse les 1 200 euros, de moins en moins de personnes peuvent se permettre de s’offrir le précieux papier rose. Précieux car dans biens des territoires du pays, la voiture est le seul moyen de transport disponible pour rejoindre son lieu de travail.

La question du pouvoir d’achat ayant été centrale dans les revendications des Gilets jaunes, Edouard Philippe a fait savoir que le gouvernement allait mettre en place plusieurs mécanismes permettant de faire diminuer le coût du permis de l’ordre de 30%

Les  jeunes qui s’engagent dans le Service National Universel auront la possibilité de passer le permis de conduire sans débourser un centime. Aussi, le gouvernement entend soutenir le développement des modes d’apprentissage de la conduite moins coûteux que le cursus classique : la conduite accompagnée (dès 15 ans et non plus 16 ans), la conduite “supervisée” (à partir de 17 ans) ou encore les simulateurs de conduite sont ainsi dans le viseur de l’exécutif.

La dernière mesure envisagée est de mettre en place un comparateur en ligne des prix pratiqués par les auto-écoles d’ici la fin de l’année. Les candidats pourront ainsi faire jouer la concurrence, comparer les prix et les mettre en perspective avec le taux de réussite de chaque professionnel de même que le délai moyen de passage de l’examen suite à un premier échec.

Macron, permis de conduire, jeunes , LOM
Politique

Emmanuel Macron a annoncé vouloir faire baisser drastiquement le coût du permis de conduire. Une proposition qui s’inscrit dans le projet de Loi d’orientation et des mobilités.

Emmanuel Macron a profité de son itinérance mémorielle à la veille du centenaire du 11 novembre pour tenter d’arrondir les angles de sa politique, tandis que la grogne populaire sourd aux quatre coins de la France.

Le président a annoncé vouloir faire baisser de manière « drastique » le coût du permis de conduire, représentant un frein à l’insertion dans la vie professionnelle pour la plupart des jeunes. Emmanuel Macron expliquait ainsi à la presse : «Dans les territoires qui sont le plus en difficulté, où il y a moins de transports en commun, où souvent il faut sa propre voiture pour se déplacer, surtout quand on a obtenu un travail, on ne peut pas avoir l’obtention du permis qui dure des mois et des mois, qui coûte 1500 ou 1800 euros».

L’objectif annoncé est d’accompagner les jeunes, et « en particulier les jeunes qui entrent dans l’emploi ». Comment compte-t-il s’y prendre ? « En le finançant », sans pour autant avancer quelque chiffre.

Dans la même veine, le président a fait savoir qu’une aide à l’achat du premier véhicule serait mise en place, sans qu’aucun mécanisme de financement ne soit détaillé.

Cette double annonce s’inscrit dans la LOM : Loi d’orientation des mobilités, dont la présentation est attendue pour la fin de l’année 2018. Les professionnels du secteur se sont montrés pour le moins méfiants, qualifiant la proposition de « mauvaise idée » voire de « déclaration de guerre ».