Plan vélo, France
Politique

Jamais à court de plans en tout genre, le gouvernement prépare cette fois un « plan vélo » pour faire rouler les Français.

Tous unis derrière la petite reine. Tel pouvait être le slogan du dernier déplacement d’Edouard Philippe, d’Élisabeth Borne et de François de Rugy le tout nouveau ministre de l’écologie. Un plan vélo a été dévoilé par cette équipe de fins coureurs. Il faut dire qu’à ce stade, le vélo ne représente que 3 % des modes de déplacements des Français contre 26 % aux Pays-Bas et 10 % en Allemagne. Une très belle marge de progression est donc possible. Le Premier ministre a déclaré lors d’une interview au Courrier de l’Ouest que «Notre objectif est de passer de 3%, ce qui n’est quand même pas beaucoup, à 9% d’ici à 2024. Pour respecter la qualité de vie, pour être à la hauteur des enjeux de la transition écologique, pour des questions de santé, développer l’utilisation du vélo – pas forcer mais encourager l’utilisation du vélo – c’est prioritaire».

Les mesures à l’étude pour favoriser le vélo domicile-travail

Au total, 25 mesures apparaîtront au chapitre du plan vélo, parmi lesquelles la création d’un fonds destiné à cofinancer avec les collectivités locales des pistes cyclables, des ponts et tunnels pour les cyclistes. Un budget de 350 millions d’euros sur 7 ans est ainsi prévu.

Aussi, les entreprises pourront bénéficier d’un forfait annuel de 400 euros pour remplacer le dispositif actuel d’indemnité kilométrique. Et la place du vélo dans les villes et agglomérations du pays devrait être plus importante notamment en termes de partage de la voie publique avec les véhicules, à l’instar de ce qui se pratique par exemple aux Pays-Bas.