Economie

S’il est élu aux prochaines présidentielles en mai, Emmanuel Macron entend faire réaliser 60 milliards d’euros d’économies à la France.

 

Après sa récente déclaration jugée particulièrement douteuse par certains sur la colonisation, Emmanuel Macron s’attaque à présent aux dépenses publiques.

 

Le candidat à la présidentielle serait ainsi sur le point de dévoiler son plan quinquennal de réduction des déficits publics pour un montant égal à 60 milliards d’euros. Cela permettrait ainsi à la France de réduire de trois points de pourcentage le ratio des dépenses publiques par rapport au PIB.

De la sorte, ce ratio actuellement proche de 56,5% du PIB passerait alors à 53% et même à 50% en tablant sur une période supérieure à 5 années.

 

Les dépenses de l’Etat en ligne de mire

 

Comment compte s’y prendre Macron s’il est élu en mai prochain ? Si le détail de ce plan de réduction des dépenses n’est pas encore connu, les grandes lignes en revanche oui : il s’agirait alors de diminuer la masse salariale des agents de l’Etat ainsi que les dotations aux collectivités locales. En clair : réduction du nombre de fonctionnaires et d’agents de l’Etat et diminution des aides et subventions de l’Etat au bénéfice des villes, départements, intercommunalités et régions.

 

Exit pour l’instant toute réforme des retraites et toute augmentation d’impôt dans les intentions d’Emmanuel Macron même s’il paraît bien complexe pour nombre d’analystes de faire une croix dessus définitivement.

 

Avec ce nouvel aspect de son programme, Emmanuel Macron pourrait bel et bien entrer dans le dur. Car après des propositions plutôt alléchantes pour les entreprises et pour les jeunes, le candidat d’En Marche! se heurte désormais à la dure réalité des choses et devra convaincre qu’il n’est pas l’énième candidat des restrictions budgétaires.

Politique

Trois instituts de sondage donnent clairement Emmanuel Macron vainqueur du premier tour de la Présidentielle 2017, et un d’entre eux l’installe même à l’Elysée.

 

En politique comme ailleurs, le malheur des uns fait (vraiment) le bonheur des autres. Emmanuel Macron aurait bien du mal à démentir cet adage tant les chiffres lui sont actuellement favorables.

 

Même si les sondages restent une photo instantanée du moment, force est de constater que le cliché a de quoi plaire au candidat d’En Marche. Car empêtré dans ses affaires d’emplois fictifs entre autre, François Fillon n’a eu de cesse de baisser pour ne pas dire chuter dans les intentions de votes. La seule à rester à la même position est Marine Le Pen qui continue de garder la tête des intentions de vote au premier tour.

 

Selon trois instituts de sondage (Elabe, Ifop-Fiducial et Harris Interactive), la candidate du Front National continue de réunir le plus de suffrages au premier tour : de 25% à 26%. Emmanuel Macron prend quant à lui la deuxième place avec entre 19% et 21%. François Fillon rétrograde donc à la troisième place, lui qui était encore deuxième avant que les affaires n’éclatent.

 

Macron président ? 

 

L’autre fait marquant de ces sondages réalisés dernièrement est donc la large victoire d’Emmanuel Macron au second tour des Présidentielles selon le cabinet Elabe.

 

Car le jeune candidat écraserait Marine Le Pen, grâce bien entendu à un vaste report des voix pour faire barrage au Front National. Il serait alors élu avec 63% contre 37%.

 

Une grande incertitude demeure toutefois : Fillon va-t-il réussir à renverser la tendance et Macron parviendra-t-il à conserver son rythme ? Dans moins de trois mois, la réponse nous sera donnée.