Prime d'activité, Gilets jaunes
Actualités

Suite au mouvement des Gilets jaunes, la Prime d’activité a été revalorisée et le nombre de bénéficiaires considérablement élargi.  

Il s’agissait de l’une des principales mesures d’urgence prise par le pouvoir exécutif suite à la première vague du mouvement des Gilets jaunes de la fin d’année 2018. Parmi les coups de pouce financiers consentis, la hausse de la Prime d’activité figurait en bonne place. Une hausse qui s’accompagnait parallèlement d’un élargissement sensible du nombre de bénéficiaires potentiels.

C’est chose faite depuis le mois de janvier 2019. Désormais, ce sont non moins de 5 millions de foyers qui peuvent potentiellement en bénéficier, soit 700 000 de plus que dans la précédente version de l’aide.

Le gouvernement planchait sur une hausse de l’ordre de 400 000 mais ce sont bel et bien 700 000 foyers supplémentaires qui ont fait la demande de la prime auprès des services de la CAF, l’organisme qui a la responsabilité de la distribuer.

La prestation est rappelons-le destinée à accompagner les travailleurs pauvres et modestes dont les revenus mensuels ne dépassent pas 1 800€ pour un célibataire.

demandeurs d'emploi, réforme, France
Actualités

Comptant parmi les grands perdants des mesures en faveur des Gilets jaunes, les fonctionnaires devraient finalement toucher eux-aussi la Prime d’activité.

Les mesures en faveur du pouvoir d’achat annoncées par Emmanuel Macron en réponse au mouvement des Gilets jaunes ont semble-t-il laissé de côté les fonctionnaires. Les grands perdants pourraient finalement ne plus l’être. Muriel Pénicaud, la ministre du travail l’a rappelé au micro de RTL : « la prime d’activité concerne aussi les fonctionnaires et les indépendants ». 

Une “mesure de justice sociale”

Aux côtés des fonctionnaires, certains travailleurs indépendants pourront donc aussi y prétendre. A la clé pour les fonctionnaires et les indépendants, une hausse de 100€ pour ceux touchant le Smic.

La ministre a également indiqué que cette “mesure de justice sociale” sera effective dès le 5 février 2019. Le but étant de “donner plus à ceux qui ont les revenus les plus bas”.

 

Actualités

Comme à chaque début d’année, des petits ou grands changements sont à attendre sur le front social. 2016 n’en sera pas exempt. Le point en 4 points.

Prime d’activité

C’est l’une des grandes nouveautés du gouvernement pour 2016 sur le volet social de leur politique trop libérale : une prime d’activité sera versée à quelques 5,6 millions de travailleurs modestes. Elle viendra en remplacement du RSA activité et de la Prime pour l’emploi et sera destinée à soutenir financièrement les travailleurs aux revenus les plus faibles. Le site de la CAF permet de connaître le montant de la prime, qui sera adapté au cas par cas.

SMIC

Comme nous en parlions dans un précédent article, le SMIC ne connaîtra pas de valorisation pour 2016, à peine un très léger ajustement de l’ordre de +0,6%. Pas de quoi rattraper le rythme de l’inflation pour un salaire net de 1 150.42€.

Mutuelle d’entreprise

Tous les chefs d’entreprise ont désormais l’obligation de souscrire à une mutuelle santé pour leurs salariés et d’en supporter une partie. Mais ce qui est une bonne idée à l’origine apparaît plus complexe : prime parfois encore trop élevée pour le salarié, et autre couverture des frais de santé insuffisante assombrissent le tableau.

Cotisations en hausse pour les auto-entrepreneurs

Pour les travailleurs ayant choisi le statut d’auto-entrepreneurs, leurs petits gains seront encore un peu plus grignotés en 2016 : les cotisations sociales passeront de 13,3% à 13,4% pour la vente de marchandises et de 22,9% à 23,1% pour les prestations de services.