Muriel Pénicaud, chômage, réformes
Politique

Lors d’un récent entretien, la ministre du travail Muriel Pénicaud a annoncé qu’elle ferait un commentaire “très approfondi” des chiffres du chômage chaque trimestre. Et en a profité pour annoncer les prochaines réformes à venir.

Muriel Pénicaud veut se distinguer des ses prédécesseurs. La nouvelle ministre du Travail a fait savoir que dorénavant la publication des chiffres du chômage ne serait plus mensuelle mais trimestrielle. Pourquoi ? selon la ministre ou plutôt selon les experts qui l’entourent, les chiffres mensuels “ne sont pas fiables techniquement”. Dès lors, à compter de la fin du mois d’août, la ministre procédera donc à un “commentaire très approfondi de plusieurs chiffres concernant le chômage, la création d’emplois, le marché du travail”. Elle assure également qu’il “y aura beaucoup plus d’informations mises sur le débat public”. 

Mais Muriel Pénicaud en également profité pour préparer le terrain de ses collègues du gouvernement en annonçant “aujourd’hui, la croissance n’est pas assez riche en emplois” et qu’en conséquence il est dorénavant devenu crucial d’agir “sur plusieurs leviers, le code du travail , la formation professionnelle, l’apprentissage, le pouvoir d’achat et ensuite la réforme des retraites”. La Ministre annonce ainsi la couleur pour les mois à venir et balise le chemin pour les autres ministres qui devront s’attaquer ces prochaines réformes.

Economie

Mercredi dernier, Emmanuel Macron, ministre de l’Économie a présenté son projet de loi concernant la croissance et l’activité au conseil des ministres. Un projet qui a pour ambition de déverrouiller l’économie de la France, spécialement en agissant donc au niveau des PME et des TPE.

Le projet de loi du ministre de l’Économie Emmanuel Macron a ainsi été présenté au conseil des ministres le mercredi 10 décembre. Les trois bases de ce projet de loi étant le travail, la liberté ainsi que l’investissement, son but est donc de favoriser au mieux le développement de l’économie, des investissements ainsi que de l’emploi en France.

Quatorze mesures phares ont donc été mises en exergue pour ce projet de loi, dont le travail dominical par exemple, devant s’accompagner d’une compensation salariale et de conditions bien définies, comme d’un accord entre les deux parties ( salarié et employeur) . Le renforcement des procédures collectives ainsi que le développement de l’épargne salariale sans oublier le développement de l’actionnariat salarié font aussi partie du projet de loi.

Certaines mesures seront applicables directement tandis que les autres seront soumises à décrets. Il faut savoir que le projet de loi devra encore passer devant le parlement au début de l’année prochaine, pendant le premier trimestre.