Politique

Selon Robespierre, « la morale consiste à réaliser dans la société, la probité que l’homme juste observe dans la vie privée.  Les socialistes actuels ne semblent pas vouloir revendiquer l’héritage de l’Incorruptible ! De la phobie administrative, au favoritisme organisé, le clan de François Hollande s’apparente de plus en plus à un petit milieu… Thomas Thévenoud, Jean-Paul Huchon, Kader Arif et consorts continuent de défrayer la chronique alors même que seuls 0,2% des élus seraient impliqués dans des affaires pénales d’après les auteurs du livre Délits d’élus.

Interrogés dans les colonnes du magazine Le Point, Graziella Riou Harchaoui et Philippe Pascot rappelaient qu’il y a520 000 élus en France et que « selon le rapport 2012 de la Société mutuelle d’assurance des collectivités locales (SMACL), seulement 0,2 % sont impliqués dans des affaires pénales ». Parmi ces marginaux on retrouve le président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon reconnu « coupable » par la Cour d’appel de Paris, « d’avoir incité le conseil régional qu’il préside, à choisir pour prestataires des entreprises employant son épouse ».

Mais cette histoire serait presque considérée comme marginale par l’opinion, si les affres de l’ex-Ministre Thomas Thévenoud n’étaient pas  venus raviver les braises de la suspicion. Quelques jours après la nomination du gouvernement Valls 2, la nouvelle équipe de François Hollande connaissait déjà l’opprobre avant que le scandale entourant Kader Arif ne jette un peu plus d’huile sur le feu ! Pourtant le procureur, Michel Valet est formel, « on a une dénonciation circonstanciée de certains faits. J’ai le devoir de vérifier ce qu’il en est ».

Voilà pourquoi la nouvelle chroniqueuse du Grand Journal sur Canal +, Natacha Polony, n’hésite pas à parler « d’une crise de la morale publique ». Avec l’épouse de Jean-Paul Huchon, la famille de Kader Arif, mais aussi l’ex-compagne du Président qui raconte la vie à l’Elysée, ou le flirt d’Aurélie Filippetti et Arnaud Montebourg à San Fransisco, la vie politique écœure les Français. Tant que les responsables politiques n’auront pas retrouvé une certaine éthique de la responsabilité, la parole publique sera discréditée.

En 1993 déjà, le philosophe Paul Ricœur écrivait  dans  “Morale, Ethique, et Politique” que la règle de justice est la seule capable d’assurer la légitimité de l’Etat et du pouvoir. Assez pessimiste, il concluait alors « que le pouvoir politique, en raison de la fragilité que révèlent les paradoxes du pouvoir, n’est sauvé que par la vigilance de ces mêmes citoyens que la cité à en quelque sorte engendré ». Une magnifique ode au journalisme participatif, dont ce texte se réclame !

Politique

Le député socialiste Thomas Thévenoud accusé de fraude fiscale pour ne pas avoir payé ses impôts pendant plusieurs années, a annoncé le lundi 8 septembre son retrait du parti socialiste. Vivement critiqué par l’ensemble de la classe politique, il a toutefois décidé de rester à l’assemblée. 

Et en effet, l’ex-secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, écarté du gouvernement seulement neuf jours après sa nomination pour des irrégularités fiscales, ne démissionnera pas de son mandat de député et cela malgré les nombreux appels de à “tirer les conséquences” de ses actes.

Le député a en effet indiqué dans une déclaration édrite à l’AFP, qu’après s’être “entretenu ce lundi soir avec Jean-Christophe Cambadélis“, le premier secrétaire du PS, il avait “décidé de me mettre en retrait du Parti socialiste et donc du groupe SRC à l’Assemblée nationale”. Il précise également que l’enchaînement de négligences choquantes qui (l’ont) placé dans cette situation ne fait pas de (lui) un fraudeur“, estimant dans le même temps que ses lecteurs seront ses seules juges.

Thomas Thévenoud continuera donc à être député de Saône-et-Loire mais ne siégera plus dans l’hémicycle parmi ses collègues socialistes et devrait rejoindre les non inscrits. “Je comprends la déception et la colère de celles et ceux qui, militants du Parti socialiste, sympathisants de gauche, électeurs de Saône-et-Loire, m’ont fait confiance. Je leur présente mes excuses”, a-t-il ajouté.

Thomas Thévenoud affirme enfin avoir “réglé à ce jour l’ensemble de (ses) impôts avec, comme tout contribuable dans cette situation, l’intégralité des pénalités de retard”. “Je n’ai jamais fait l’objet d’aucune information judiciaire, d’aucune mise en examen, d’aucune condamnation. Si j’ai manqué à mes obligations fiscales, je n’ai jamais commis aucune infraction pénale“, souligne-t-il.

Son épouse Sandra Thévenoud a elle aussi été sanctionnée pour le non paiement des impôts au nom du couple. Elle a ainsi été révoquée de son poste du chef de cabinet du Président du Sénat Jean-Pierre Bel.

Crédits photo : Richard Ying et Tangui Morlier

Politique

La vice-présidente PS de la région Ile-de-France, chargée du logement, avouait le 18 février dernier occuper un logement social en face du Ministère des Finances. Michèle Sabban qui avait pourtant accusé son petit camarade écologiste, Jean-Vincent Placé, de profiter de son statut d’élu, prouve que la probité n’est pas la vertu première des socialistes…

Le logement social pour les happy few :

Alors que la fondation Abbé Pierre dénombre dans son rapport sur le mal-logement en 2014 1 735 000 ménages en attente d’un logement social, la responsable socialiste occupe depuis plus de dix ans un appartement « cosy » de 70m2 pour un loyer d’environ 1200 euros. D’après les chiffres avancés par le journal Marianne, la conseillère régionale du Val-de-Marne toucherait pourtant près de 48 000 euros de revenus annuels ; on comprend mieux pourquoi il peut lui apparaitre pénible « de devoir se mettre à poil »…

Il y a toujours pire ailleurs…

Après l’hébergement de Jean-Pierre Chevènement, c’est la responsable des logements sociaux qui se réserve donc directement un petit pied-à-terre en dessous des prix du marché. Désormais elle oblige Anne Hidalgo à monter au créneau en rappelant « qu’aucun conseiller de la capitale ne doit être locataire d’un logement attribué par la Ville, sauf exception étudiée par une commission de déontologie ». Une règle de bon sens alors que la nouvelle maire de la capitale a dû finalement avouer un manque de 400 millions d’euros dans la comptabilité de son prédécesseur, Bertrand Delanoë.

Jean-Paul Huchon adepte du clientélisme :

Michèle Sabban n’est pas la seule personnalité à bénéficier des faveurs du petit baron Jean-Paul Huchon ! Le lotissement du XIIIème arrondissement regroupe du beau monde : des médecins, une magistrate, et même une personne haut placée d’Alcatel Lucent. Au sein de la mission d’information et d’évaluation sur le logement, l’opposition dénonce l’opacité voulut par le président de la région et suggère la création « d’une fiche de renseignements afin de connaître les élus qui bénéficient d’un logement social »…

Crédit Photo : AntiCor

Politique

Le Sénat confirme le doublement de la taxe sur les transactions financières

Le Sénat a voté jeudi le doublement de la taxe sur les transactions financières, pour l’établir à 0,2%, ainsi que la taxe sur les stocks pétroliers, dans le cadre du budget rectificatif 2012.

Le mécanisme prévoit une taxe sur les échanges d’actions des sociétés dont la capitalisation boursière dépasse un milliard d’euros et dont le siège social est en France. Elle doit entrer en vigueur au 1er août 2012, avec donc un taux de 0,2 %, contre 0,1 % prévu initialement.

source article : http://www.parti-socialiste.fr