Politique

Selon la thèse du sociologue Louis Chauvet, la France maltraiterait les nouvelles générations. Selon lui, la jeunesse française figure parmi les plus sacrifiées de l’Union européenne.

En 2010, Louis Chauvet, un sociologue de l’université de Luxembourg a déjà publié « Le Destin des générations », un ouvrage qui traite du même thème. Dans Le Monde du 10 juin, il a fait part de ces idées sur la particularité française en matière d’écart de niveau de vie entre les générations. Les résultats des études portées sur 17 pays occidentaux ont montré que la France est largement en tête avec une perte de 17 % du niveau de vie des trentenaires depuis 1984. Bien que plus diplômés que leurs aînés, les nouveaux entrants dans le domaine du travail sont moins bien rémunérés, accentuant ainsi la fosse entre les générations. Selon d’autres chercheurs comme l’économiste de Guillaume Allègre, Louis Chauvet n’aurait pas pris en compte dans son étude des compensations familiales. En effet, les parents aident leurs enfants de plusieurs manières comme les donations dans le but de transmettre le logement, par exemple. Si le conflit existe, il est plutôt d’ordre intra générationnel qu’entre les générations.

EconomiePolitique

happy_face_photo_moonik9.jpg

__D’après un sondage réalisé par l’Ifop pour le compte de Coca-Cola, les français seraient plutôt optimistes et s’estiment même heureux de vivre à notre époque. __ Malgré la crise économique et le taux de chômage, les français sont 71% à estimer qu’ils ont de la chance de vivre à notre époque. Un optimisme qui serait même partagé par 66% des jeunes de moins de 30 ans, population frappée de plein fouet par les difficultés d’insertion sur le marché de l’emploi.

“Les gens s’aperçoivent qu’on vit bien mieux que nos grands-parents, on vit plus longtemps, on vit en meilleure santé, on a un système de santé qui marche bien”, analyse le sociologue Bernard Cathela.

“Même si l’économie n’est pas terrible en ce moment, on est un pays qui fait partie des pays très riches. On atteint des bons niveaux de vie, on a un système de consommation, on est dans un pays extrêmement protégé. Dès qu’on regarde à l’extérieur ou dans le passé, on s’aperçoit que ce n’est pas si mal chez nous”, a déclaré le sociologue Bernard Cathela aux journalistes de RTL.

Ce n’est cependant plus dans les aventures collectives que les français s’épanouissent. Selon l’Ifop, le repli sur soi-même et son entourage apporterait beaucoup à nos concitoyens. Les français poursuive maintenant un mode de vie “cocooning” ou ils veulent “profiter de tous les petits bonheurs de la vie que l’on peut partager avec les siens, avec ses amis, au jour le jour”.