Politique

En se rendant ce matin à la maison médicale Notre-Dame-du-Lac à Rueil-Malmaison, le président de la République a rendu hommage aux personnels de santé travaillant dans les soins palliatifs. C’est une juste reconnaissance de l’État. Annoncer une augmentation des lits de soins palliatifs répond à une attente des professionnels et des usagers.


Mais cela implique une augmentation significative du budget de la sécurité sociale pour que ces lits soient dotés de moyens humains qualifiés permettant de rendre le service de qualité qu’attend la population. Ce discours devra donc se concrétiser dans les actes lors du prochain examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale. Il est tout autant indispensable d’arrêter la mise en œuvre de la loi « Hôpital, patients, santé, territoires » (HPST) qui ferme les structures de proximité, concentre les services et remet en cause la dignité du service rendu à la population. Il y a urgence à décider dès cet été un moratoire avant d’engager le processus démocratique d’élaboration d’une nouvelle loi.

source article : http://www.pcf.fr