Coup de gueule

School_children_in_South_Sudan

C’est à après quatre mois de massacre qu’une lueur d’émotion extérieure serait enfin née dans le Soudan. Plusieurs centaines de personnes ont trouvé la mort lors de la bataille contre les rebelles pro-Riek Mackar, un ex-vice-président qui a rejoint la rébellion pour prendre la ville a Bentiu le 15 et 16 avril dernier. 

Une guerre civile se déroule actuellement à Soudan. John Kerry, lors de sa visite à Juba le 2 mai a condamné les risques de « génocides » qui se déroulent dans le pays. Les massacres se présentent sans témoins externes, sauf à Bentiu où des Médecins  de sans Frontières se trouvaient lors des attaques des rebelles et ont assisté à cet énorme massacre. Raphaël Gorgeu, chef de mission de l’ONG à Soudan décrit cet acte « d’affront à l’humanité ».  Les victimes de la guerre au Soudan agonisent dans l’indifférence et l’oubli. Les rebelles ne comptent pas reconnaître leur implication dans cette « horreur », selon la qualification de la Maison Blanche.