Politique

syria_flag_photo_Henry_Patton.jpg

L’association parisienne Syrian Media Action Revolution Team (Smart) apporte son soutien depuis maintenant 2 ans aux journalistes indépendants syriens qui témoignent, grâce à des radios libres et des journaux clandestins, de la situation de leur pays ravagé par la guerre.

« Dès le début de la révolte, il était pour nous évident qu’il fallait absolument informer sur ce qui se passait en Syrie. Nous avions tous en tête le précédent du massacre de Hama, en 1982, qui était resté presque inconnu à l’époque. Nous savions qu’il fallait que le monde soit au courant de tout pour protéger les gens à l’intérieur« , explique Chamsy Sarkis, fils d’un opposant au régime de Bachar El-Assad et cofondateur de Smart.

L’association débute son action en avril 2011, par une aide logistique aux journalistes du pays. Connexions satellites, matériel informatique, diffusion de leurs vidéos : l’association forme un réseau de correspondants et leur apporte une aide précieuse pour la diffusion des images en provenance des zones de combats.

Smart favorise ensuite l’apparition de radios indépendantes et d’autres médias afin de constituer « un contre-pouvoir au régime mais aussi aux forces militaires et aux fondamentalistes« . L’association a ainsi contribué à la mise en place d’un réseau d’antennes radio mobiles qui diffuse, depuis mai dernier, des émissions de quatre radios.

Smart apporte également son soutien à la diffusion de journaux nationaux et régionaux, qui permettent aux habitants de Syrie d’avoir des nouvelles concernant les régions trop éloignées d’eux.

L’objectif de Chamsy Sarkis est maintenant de mettre en place une agence de presse nationale qui permettrait d’informer la communauté internationale qui, selon lui, a souvent du mal à trouver « des informations fiables et à discerner le vrai du faux« .

Politique

Syrie: le PCF condamne la consternante décision d’une levée de l’embargo sur les armes

En annonçant la fin de l’embargo sur les armes en direction de la Syrie, les autorités françaises prennent une très lourde responsabilité, celle d’alimenter une escalade militaire aux conséquences tragiques.

C’est le régime de Bachar Al Assad qui a cherché, dès le début, la militarisation de la crise et qui en tirerait finalement tout le profit.

Encourager cette militarisation est un choix consternant et dangereux qui peut engendrer l’escalade dans une région sous haute tension car, au demeurant, il est impossible de savoir dans quelles mains ces armes finiront pas tomber.

Le Parti communiste français condamne cette décision qui ne fait d’ailleurs pas consensus au sein même de l’opposition syrienne et rappelle l’exigence d’agir, à l’inverse, pour une solution politique qui puisse aboutir à l’arrêt de la confrontation armée et crée les véritables conditions pour que le peuple syrien puisse choisir son destin, ses dirigeants, et vive en paix, en démocratie et dans le respect des libertés fondamentales.

source article : http://www.pcf.fr

Politique

Crise syrienne : lancement d’un plan hivernal par l’UNICEF

A l’approche de l’hiver, l’UNICEF prépare le lancement d’un plan hivernal pour faire face aux besoins particuliers des populations affectées par la crise syrienne. Dès les prochaines semaines et jusqu’en mars 2013, des interventions et du matériel spécifiques seront déployés par l’UNICEF et ses partenaires en Syrie, en Jordanie et au Liban.

Au total, 500 000 personnes (adultes et enfants) dans plusieurs pays vont bénéficier de ce plan de secours. En Syrie, l’UNICEF prévoit de distribuer des « kits d’hiver » pour 300 000 personnes. Au Liban et en Jordanie, respectivement 75 000 et 125 000 enfants sont ciblés pour bénéficier de ces interventions.

Dans ces 3 pays, les mois d’hiver (de décembre à mars) peuvent être particulièrement rigoureux, avec dans certaines zones, des températures en-dessous de zéro degrés. L’UNICEF est extrêmement préoccupé par les conséquences du froid sur la santé et le bien-être des enfants syriens déplacés à l’intérieur et à l’extérieur du pays. La santé des enfants est déjà affaiblie par le stress dû au conflit et au déplacement. Ils sont les plus vulnérables aux températures glaciales de l’hiver et aux maladies qui l’accompagnent (infections respiratoires).

L’échelle des besoins est très importante. Environ 1,2 million d’enfants sont affectés à l’intérieur de la Syrie et la moitié d’entre eux sont déplacés. Hors de Syrie, plus de 150 000 enfants se trouvent dans les pays voisins et le nombre de réfugiés ne cesse de croitre. Il est vital de prendre en compte les besoins des enfants, de les protéger du froid, avec des abris et des vêtements adaptés.

Le « kit d’hiver » distribué par l’UNICEF contiendra des vêtements chauds pour les enfants, des bonnets, des couvertures, des matelas, des bâches en plastique, des réchauds et des ustensiles de cuisine, ainsi que des produits d’hygiène.

Par ailleurs, l’UNICEF continuera à soutenir les services de santé en fournissant des kits médicaux, des médicaments et des kits pour les nouveau-nés. Des salles de classe en préfabriqué et des tentes adaptées aux conditions hivernales permettent d’accueillir les espaces éducatifs et récréatifs des enfants.

Les interventions et le matériel à fournir sont adaptés aux spécificités de chaque pays.

D’ores et déjà, des vêtements chauds ont été distribués à 800 enfants dans des centres collectifs de Damas et du Damas rural. L’UNICEF en Syrie a commandé pour 1 million de dollars de produits de santé qui vont être pré-positionnés pour les besoins des 6 mois à venir. L’UNICEF Syrie a mobilisé des équipes de santé pour répondre aux cas de plus en plus nombreux d’infections respiratoires aigues.

Pour déployer ce plan en faveur des enfants et des familles, l’UNICEF a besoin de 24 millions de dollars (18,4 millions d’euros). L’UNICEF France vient d’envoyer une aide d’urgence de 800 000 euros (1 million de dollars) qui viennent s’ajouter à une précédente contribution du même montant. Ces fonds permettront à l’UNICEF de répondre aux besoins les plus urgents des enfants syriens et de leurs familles.

source article : http://www.unicef.fr

Politique

Tous unis pour la Syrie : arrêtons un an de massacre !

Communiqué FIDH

Aujourd’hui, la FIDH aux côtés de centaines d’organisations de la société civile à travers le monde parmi lesquelles de nombreuses ligues membres de la région ANMO, se mobilise contre une année de répression sanglante en Syrie. Nos organisations appellent la Russie à soutenir toutes actions décisives du Conseil de sécurité des Nations unies afin de mettre fin à la crise. http://www.fidh.org/TOUS-UNIS-POUR-LA-SYRIE-ARRETONS

De l’Indonésie à l’Egypte, du Royaume uni à l’Afrique du Sud, du Canada au Brésil, des militants et des célébrités sont solidaires avec le peuple syrien, engagé depuis un an dans des manifestations pacifiques et se joignent à l’appel adressé à la communauté internationale « Tous unis pour la Syrie : arrêtons un an de massacre ».

Lire le communiqué de presse signé par nombreuses ONG internationales qui appellent la Russie à soutenir toute action du Conseil de Sécurité afin de mettre fin à la crise en Syrie.

Lire la lettre ouverte signée par d’anciens leaders mondiaux et intellectuels exhortant le Conseil de Sécurité des Nations-unies à retirer le permis de tuer dAssad.

Voir la vidéo : UNITE FOR SYRIA : STOP ONE YEAR OF BLOODSHED

Rejoignez la campagne sur Facebook en téléchargeant votre photo

Rejoignez la campagne sur Twitter avec « SVP RT : TOUS UNIS POUR LA SYRIE : ARRÊTONS UN AN DE MASSACRE http://bit.ly/zUvHAZ #UNITEFORSYRIA »

Par ailleurs, nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement aujourd’hui, simultanément à la campagne, de syrianstories.org, en partenariat avec Telecomix.

Lire l’article complet sur http://www.ldh-france.org

Politique

Non au permis de tuer dans l’impunité

Manifestation de soutien à la révolution syrienne pacifique à l’appel du Collectif Urgence Solidarité Syrie, le samedi 11 février 2012 à Paris et en régions.

Le vendredi 3 février 2012 en fin de journée, 237 civils ont été tués, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), dans la seule ville de Homs suite au pilonnage d’habitations civiles durant trois heures, par les forces du régime. Le matin du lundi 6 février le pilonnage de la population d’Homs a repris.

Cette journée est la plus terrifiante depuis le 15 mars 2011, date du début d’une répression qui a fait au moins 6.000 morts, dont plus de 400 enfants et des dizaines de milliers de disparus.

Le samedi 4 février, quelques heures après le bombardement de Homs, la Russie et la Chine opposaient leur veto à un projet de résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU condamnant la répression en Syrie. Cette résolution reprenait la feuille de route du 22 janvier de la Ligue arabe préconisant l’arrêt des violences, la formation d’un gouvernement d’unité nationale pour une transition démocratique et la création d’une commission d’enquête indépendante pour enquêter sur les violations des droits de l’Homme commises à l’encontre de la population syrienne. Cette résolution à minima ne demandait ni le gel des avoirs, ni le renvoi de la situation syrienne devant la Cour Pénale Internationale, ni un embargo complet sur les armes.

Le veto sino-russe donne au régime de Bachar Al-Assad un « permis de tuer dans l’impunité ».

C’est la deuxième fois que la Russie et la Chine empêchent le Conseil de Sécurité de sortir de onze mois de silence sur la situation en Syrie. Face à cet état de fait, il est aujourd’hui de la responsabilité de toute la Communauté internationale de menacer la Russie et la Chine de mesures contraignantes, si elles persistaient délibérément d’assumer le « permis de tuer dans l’impunité » au régime de Bachar Al-Assad.

Appel à manifestation :

Manifestation de soutien à la révolution syrienne pacifique http://appelsolidaritesyrie.free.fr http://souriahouria.com

En Syrie, Depuis le 11 Décembre 2011 la grève pour la dignité a été lancée par des activistes syriens de toutes les villes syriennes.

Dix mois après le 15 Mars, cette grève est un appel à relancer l’action de désobéissance civile pour conquérir le pouvoir politique et social, répondre aux risques d’ingérence extérieure, mettre la révolution sur le chemin d’une vraie démocratie en promouvant droits et devoirs au service d’une vraie citoyenneté.

Cette grève est un appel des acteurs de la Révolution syrienne à l’action de tous les syriens pour un avenir du pays en toute indépendance.

La désobéissance civile est un combat révolutionnaire exemplaire ; il montre la capacité du peuple syrien, avec ses jeunes issus de la révolution, à s’organiser, à se coordonner et à imaginer chaque jour. C’est encore une illustration de cette lutte pacifique et déterminée.

De plus, le régime syrien continue toujours à d’interdire aux medias arabes et étrangers d’exercer librement et cela depuis la mi-Mars 2011. Ce régime a vraiment déclaré la guerre aux médias.

Ce sont près de 100 journalistes, blogueurs et intellectuels qui ont été victimes de harcèlement en raison de leur couverture des événements en Syrie. Notons que 14 journalistes et blogueurs sont toujours portés disparus, que 6 d’entre eux le sont depuis plus de 60 jours et que les journalistes étrangers ont été emprisonnés et ont subi toutes sortes de harcèlement et récemment encore, nous avons perdu le Journaliste de France 2 Gilles Jacquier qui a été tué à Homs le 11 janvier 2012.

Sous le signe du Jasmin, de la Dignité et de la Solidarité avec le peuple syrien, nous vous appelons à une initiative

Samedi 11 février 2012 à 14 heures Manifestation de soutien de la lutte pacifique du peuple syrien à Paris et en régions. À Paris : Départ métro Temple, rue de Turbigo en direction de la Place des Victoires.

À quelques pas de là, nous pourrons exprimer notre solidarité avec la révolution syrienne dans le cadre du GLOBAL DAY organisé par Amnesty International sur l’ensemble des révolutions arabes. Ce sera une journée de partage et de soutien à un peuple qui affronte la mort depuis plus de dix mois avec une audace et une ténacité imbattables.

Saluons le courage des journalistes syriens et étrangers qui, munis de leur téléphones, continuent encore, et de ceux qui ont perdu la vie. Rendons hommage au journaliste Gilles Jacquier, épris de libre expression et victime des ennemis de la liberté de parole le 11 janvier 2012.

Soyons solidaires avec le peuple Syrien, manifestons notre engagement solidaire envers ce peuple déterminé et inventif, participons à la manifestation de soutien.

Manifestation à l’initiative de : Smart-France, Souria Houria, Collectif Urgence Solidarité Syrie, Comités locaux de coordination LCC, Comités locaux de coordination à l’étranger LCCabroad, Le Comité de Coordination de Paris pour le Soutien à la Révolution Syrienne, LDH, REMDH, Mouvement de la Paix, SNESUP-FSU, EELV, NPA, PCF, PG, PS, Sortir du Colonialisme, Cedetim/Ipam, Collectif Rupture Féministe, Union Syndicale Solidaires, Intercollectif des révolutions des peuples dans les pays arabes, Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), ATMF, CGT, FSU, Sup’Recherche-UNSA, SNPTES-UNSA, Union UNSA-Recherche, …

source article : http://www.ldh-france.org