UE, plateformes web, droits d'auteur
Politique

Une étude réalisée par Europe for Creators démontre que 61% des citoyens européens s’inquiètent du pouvoir des géants de la Tech sur le fonctionnement de l’Union européenne. 

Menée en France et dans 7 autres pays de l’UE, l’étude d’Europe for creators fait état d’une inquiétude réelle de la part des citoyens européens. Ils sont 61% à penser que les géants de la sphère de la Tech ont une influence majeure sur le fonctionnement de l’Union européenne. Et 87% des sondés se prononcent en faveur de la mise en place d’une législation plus stricte en matière de droits d’auteur, plus juste en faveur de la création. Car ce sondage intervient justement au moment où la directive sur les droits d’auteur est débattue à Bruxelles.

Mais une inquiétude plus forte encore ressort de l’enquête d’opinion : 67% des personnes interrogées sont persuadées que les plateformes web ont plus de pouvoir que l’Union européenne et 61% pensent que l’indépendance et la souveraineté des pays membres sont mises à mal par le poids des plateformes numériques.

Pour Véronique Desbrosses, directrice générale du Groupement Européen des Sociétés d’Auteurs et de Compositeurs – GESAC – : « Ces résultats sont vraiment édifiants. Ils appellent à un réveil des députés européens, avant le vote de la directive sur le droit d’auteur le 12 septembre. Les députés européens ont le futur de l’Union Européenne entre les mainsLes citoyens européens ont parlé, désormais les responsables politiques doivent agir. »

Politique

Une étude menée en France et en Europe montre que la moitié des Européens est en surpoids. Plus de 16% des Français sont obèses.

Réalisée par l’Inserm et la CNAM, l’étude publiée récemment démontre chiffres à l’appui que la malbouffe et la sédentarité font des ravages en France. Car ce sont plus de la moitié des personnes âgées de plus de 30 ans en France qui sont en surpoids. Plus encore, l’obésité gagne même de plus en plus de terrain puisque, toujours rien que pour la France, la proportion des Français obèses est de plus de 16%. Des mauvais chiffres qui ne font finalement que confirmer la tendance précédente datant de 2012 et qui pose un vrai problème de santé publique, l’obésité étant responsables de maladies cardio-vasculaires graves.

Un problème qui dépasse les frontières de France car l’office des statistiques de l’UE a de son côté publié une étude équivalente qui fait ressortir le fait que plus de 51% des Européens sont en surpoids et 16% sont obèses.

Différences géographiques et niveau d’éducation

La carte du surpoids et de l’obésité en France pointe des disparités : le Nord et l’Est du pays sont ainsi les deux régions dans lesquelles le pourcentage d’obésité est le plus élevé avec respectivement 26% et 23%. A l’autre bout, on trouve la région IDF avec « seulement » 10%. Les études françaises et européennes soulignent par ailleurs un fait notable : plus le niveau d’éducation est élevé, plus le pourcentage de personnes en surpoids ou obèses et faible. Et vice et versa. On passe ainsi de quelques 20% pour les personnes au faible niveau d’éducation (collège ou moins) à un peu plus de 10% pour celles ayant suivi un cursus dans l’enseignement supérieur (cadre). Point noir que révèlent également l’étude : l’obésité ferait perdre dix ans d’espérance de vie.

L’époque durant laquelle les Français se moquaient des Américains et de leur taux de 50% d’obésité est révolue ou presque. Il s’agit à présent de mettre en oeuvre de vraies politiques de santé publique.